Portraits de famille

Elles sont nombreuses les familles qui comptent plusieurs diplômés de l'Université Laval. Quelques-unes d'entre elles ont répondu à l'invitation lancée dans des numéros précédents du magazine Contact de se présenter.


Les Lemieux

Laissons Geneviève Lemieux nous présenter sa famille: «À nous sept (père, mère et cinq des six enfants), nous totalisons 12 diplômes émis par l'Université Laval. Nous détenons tous au moins un baccalauréat de cette institution, mais par la suite plusieurs d'entre nous ont poursuivi des études supérieures à l'extérieur, ce qui témoigne du rayonnement international de notre alma mater. De plus, deux des membres de notre famille enseignent à l'Université Laval, ce qui est sans doute un juste retour des choses...»

Sur la photographie ci-contre, nous reconnaissons les membres de la famille Lemieux. «À tout seigneur tout honneur, poursuit Geneviève, commençons par notre père, le professeur émérite Vincent Lemieux», qui détient un baccalauréat es Arts (1953), un baccalauréat en sciences sociales (1955), une maîtrise en science politique (1957) et qui enseigne au Département de science politique de la Faculté des sciences sociales depuis 1960. Il est entouré, à sa gauche, de son épouse Lise Côté-Lemieux (Baccalauréat es arts 1956, et certificat en géographie humaine 1994), et de son fils Georges (Histoire 1993). Est assise à sa droite sa fille Simone (Diététique 1991, maîtrise en sciences de l'activité physique 1993 et doctorat en physiologie 1996) qui, depuis 1998, enseigne au Département des sciences des aliments et de nutrition de la Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation. Sur la deuxième rangée, Christiane (Actuariat 1994); Geneviève (Sciences de l'activité physique 1981), Thomas (Économique 1984) et leur soeur Laurence, la non-diplômée qui mène une carrière en danse moderne qui l'a amenée aux quatre coins de la planète.

Les Larouche

«Tous les membres de ma famille ont au moins un diplôme de l'Université Laval. Voyez!», de dire Denyse Roy Larouche (baccalauréat en enseignement au préscolaire et au primaire 1983). Ainsi, en avant sur la photo, sa fille Marie-Andrée (baccalauréat en génie civil 1998) et son fils Louis (baccalauréat en génie civil 1982). En arrière, son fils Michel (baccalauréat en génie électrique 1990); Denyse elle-même, son conjoint Raymond Larouche (baccalauréat en génie civil 1958) et MBA 1984) et leur fille Hélène (baccalauréat en enseignement au préscolaire et au primaire 1982). «Nous avons tous suivi au moins un cours à la Faculté de sciences et de génie puisque les cours de mathématiques du BEPPO s'y donnaient. On peut aussi ajouter qu'Esther Boily, la conjointe de Louis, est diplômée en communication (1985) et Christian Mercier, le conjoint de Marie-Andrée est diplômé en génie civil (1995).

Les Tremblay

Les Tremblay sont nombreux au Québec, mais la famille de Fleurette se distingue par son nombre de diplômés: en plus de Fleurette elle-même (Science politique, relations publiques, 1984, maîtrise en analyse des politiques 1986, et doctorat en science politique 1998), il y a Gérald qui détient un baccalauréat en économique (1971); Denis, un baccalauréat en philosophie (1971) et une maîtrise en linguistique (1976); Gynette, un baccalauréat en lettres (1974) et une maîtrise en linguistique (1982); Madeleine, un baccalauréat en arts visuels (1978) et Guylaine, en économique (1982). «Ces personnes sont mes frères et mes soeurs, de dire Fleurette, et nous pouvons ajouter notre beau-frère, Amir Jolan (Maîtrise en chimie 1978), qui a rencontré notre soeur Madeleine sur le campus de l'Université Laval en 1977; leur mariage a été célébré en 1977. Vous pouvez ainsi compter dix diplômes de la même université.»


Les De Koninck

De Koninck, c'est le nom que l'on donna en 1966 au pavillon abritant la Faculté des lettres et celle des sciences sociales, c'est aussi le nom de plusieurs professeurs à l'Université Laval ainsi que de plusieurs diplômés, mais c'est d'abord celui de Charles De Koninck (1906-1965), leur père ou grand-père. Spécialiste de la philosophie des sciences puis de l'éthique et de la pensée, Charles De Koninck arrive à Québec en 1934 de sa Belgique natale pour enseigner à la Faculté de philosophie. Il y enseigne jusqu'en 1965. «Invité à prononcer nombre de conférences dans les deux Amériques et dans plusieurs pays d'Europe, il a contribué ainsi à faire connaître l'Université Laval, favorisant ainsi les échanges d'étudiants et de professeurs», souligne Thomas, le fils aîné.

Aussi professeur à la Faculté de philosophie, Thomas se rappelle: «À la maison, notre père témoignait d'un enthousiasme pour la vie de l'esprit, la joie de la découverte.» Ce qui marqua sûrement ses 11 enfants dont plusieurs ont étudié à l'Université Laval et/ou y enseignent, chacun dans des disciplines différentes. Ainsi Jean-Marie (diplômé en mathématiques) est professeur au Département des mathématiques, Maria (Sociologie) au Département de médecine sociale et préventive, Zita (Linguistique) au Département de langue, linguistique et traduction, Rodolphe au Département de géographie, Thomas (Philosophie) à la Faculté de philosophie, les deux fils de ce dernier, Yves et Paul, diplômés en biologie, sont professeurs le premier au Département de psychiatrie et le second au Département de biochimie et microbiologie. Trois autres membres de la famille sont diplômés: Godelieve en sciences de l'éducation), Marie-Charlotte en histoire de l'art et Joseph en psychologie. Un nom qui se perpétue. (Propos recueillis par Diane Dontigny)