Au fil des événements
 

19 juin 2003

   

Université Laval

Un astéroïde nommé "Laval"


Yvan Dutil, diplômé au doctorat en astrophysique (1998), a offert un cadeau très spécial à l'Université Laval à l'occasion des fêtes du 150e anniversaire. Il a fait inscrire le nom de son alma mater dans le ciel! En effet, l'astrophysicien a convaincu l'Union astronomique internationale (UAI) d'accoler le nom "Laval" à l'astéroïde portant le numéro (14424) 1991 SR3. "J'avais constaté que certaines universités canadiennes comme Toronto, Queen's, Acadia, Saint-Mary's et McGill avaient un astéroïde à leur nom, mais pas Laval", rappelle Yvan Dutil. En novembre 2002, inspiré par les Grandes Fêtes, il entreprend donc des démarches pour corriger la situation auprès de l'UAI, l'organisme chargé de la toponymie céleste. Pour étoffer le dossier de candidature de l'Université, il contacte d'abord deux astrophysiciens chasseurs d'astéroïdes, les frères Robert et Peter Jedicke, qui lui offrent gracieusement un des astéroïdes sans nom de leur collection. Le 12 juin, l'UAI donnait son accord à la désignation de l'astéroïde Laval afin de commémorer l'institution fondée par Monseigneur François de Montmorency Laval.

Officiellement découvert avec le télescope Spacewatch, à Kitt Peak en Arizona, dans la nuit du 20 septembre 1991, l'astéroïde Laval avait été vu précédemment, le 11 mars 1983, par l'observatoire Kyoto-Kiso, signale Yvan Dutil. Son diamètre se situerait quelque part entre 9 et 22 km. II se déplace autour du Soleil sur une orbite elliptique en 2 041 jours, à une distance moyenne 3,15 fois plus grande que la distance Terre-Soleil. Cette orbite présente une inclinaison importante de 21,77 degrés par rapport au plan de l'orbite terrestre. "Ça signifie que la position de l'astéroïde est élevée par rapport à l'horizon, précise Yvan Dutil, clairement plus élevée que la plupart des astéroïdes." Libre à chacun d'interpréter la symbolique de cette information.

Le rythme de découverte d'astéroïdes est effréné depuis la mise sur pied de programmes de recherche d'astéroïdes susceptibles d'entrer en collision avec la Terre. Présentement, environ 65 000 astéroïdes portent un numéro et seulement 10 000 d'entre eux ont également un nom. Plus de 150 000 astéroïdes seraient sur la liste d'attente des objets célestes à numéroter et à nommer! C'est pourquoi l'UAI accueille avec plaisir toutes les propositions. Les noms suggérés ne doivent pas avoir de liens avec la politique, le monde militaire ou la religion, exception faite des personnages politiques qui ont vécu avant le 19e siècle. Les personnes qui aspirent à donner leur nom à un objet céleste doivent avoir joué un rôle important et durable sur le plan international. Dans le cas des personnes, ce privilège est réservé aux personnalités décédées depuis au moins trois ans.

Dans le contexte actuel, faire donner le nom d'une université à un astéroïde ne constitue pas un fait d'armes, reconnaît pragmatiquement Yvan Dutil. Mais encore fallait-il y penser.

JEAN HAMANN