13 décembre 2001

Mystère de l'Étoile

L'Ensemble Anonymus et l'Atelier de recherche théâtrale de l'Université célèbrent la Nativité au Moyen Âge

Le rituel de la Nativité revivra de façon grandiose à travers la quête des Rois mages, les 14 et 15 décembre, en l'église Saint-Roch de Québec. Le réputé ensemble de musique ancienne Anonymus et l'Atelier de recherche théâtrale (ART) de la Faculté des lettres de l'Université Laval se sont en effet associés pour monter une imposante production, intitulée Mystère de l'Étoile, d'après un drame liturgique du XIIe siècle.

Celle-ci mettra en scène 9 chanteurs et instrumentistes, un narrateur et une dizaine de manipulateurs (tous étudiants au Baccalauréat d'études théâtrales de l'Université) qui donneront corps et âme à 18 marionnettes géantes. La direction artistique du spectacle relève de Claude Bernatchez, de l'Ensemble Anonymus. José Luis Thénon, directeur du Bac d'études théâtrales et de l'Atelier de recherche théâtrale de l'Université Laval, signe pour sa part la mise en scène et la scénographie de la production tandis que Puma Freytag, chargé de cours au Bac d'études théâtrales et à l'ART, est responsable de la réalisation et de la manipulation des marionnettes.

"Ce spectacle constitue une activité de rayonnement importante pour l'Atelier de recherche théâtrale du Département des littératures en même temps qu'il représente non seulement un défi intéressant de re-création des mystères selon une vision contemporaine, mais également une occasion exceptionnelle, pour nos étudiants, de vivre une expérience professionnelle très enrichissante", commente José Luis Thénon.

Multimédia médiéval
Entrepris en l'an 2000 sous l'appellation de l'Office de l'Étoile, le Mystère de l'Étoile est basé sur Le jeu d'Hérode et explore le thème de la Nativité suivant l'approche du drame liturgique, un genre musico-littéraire typique du Moyen ge. Au dire de Claude Bernatchez, ce Mystère se situe depuis au coeur des activités de la formation de musique ancienne au renom international qu'il dirige. "Anonymus a opté dès le départ pour une élaboration en deux étapes, se consacrant d'abord à la musique et au chant pour ensuite développer l'intégration théâtrale, précise-t-il. Cette approche devait permettre de bien maîtriser la complexité du sujet et l'ampleur relative de la production. Le contenu, dont la dimension spirituelle est aujourd'hui appréciée pour son inestimable valeur patrimoniale, a suscité une réaction très chaleureuse du public lors de la présentation de la première étape, en décembre dernier."

Le directeur artistique de l'Ensemble Anonymus qualifie de "multimédia médiéval" le spectacle qui sera présenté les vendredi 14 et samedi 15 décembre à 20 h, en l'Église Saint-Roch,. Car ce dernier fera appel, selon lui, à un concept de création très élaboré et à des ressources riches et diversifiées: musique dans toutes ses composantes (créativité interprétative, instrumentation, chant et narration), éléments visuels (décors, costumes, maquillages, accessoires et éclairage) et mouvance étudiée (scénographie, gestuelle, voire chorégraphie) sans parler ici des marionnette géantes.

Le Mystère de l'Étoile sera, à n'en point douter, cette digne célébration liturgique marquée du sceau d'un passé aux valeurs spirituelles profondes que ne voudront certes pas manquer et les mélomanes, amants de musique ancienne, et les nostalgiques du geste attiseur de foi.

L'entrée au spectacle sera libre, mais il faudra s'être procuré auparavant des laissez-passer à l'un des endroits suivants: au bureau d'Anonymus (310, boulevard Langelier, bureau 128), chez Archambault Vieux-Québec (1095, rue Saint-Jean), chez Sillons le Disquaire (1149, avenue Cartier) et chez Twigg musique (675, boulevard Charest Est). Notons que les spectateurs pourront verser une contribution volontaire à la fin du spectacle.

GABRIEL CÔTÉ